vendredi 22 septembre 2017

L'ANNIVERSAIRE DE KIM JONG-IL


L'ANNIVERSAIRE DE KIM JONG-IL

Une BD sur la Corée du nord ? Forcément, je prends ! Les ouvrages sur ce pays ne sont pas si nombreux, et celui-ci, dont Saxaoul avait fait un coup de coeur, me semblait de fait incontournable.

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser entendre, il ne s'agit nullement du récit d'un des jours anniversaire du dictateur coréen, le seul homme en Corée du nord dont l'anniversaire peut être fêté d'ailleurs, ni d'un récit qui lui serait consacré entièrement. C'est juste que ce jour coïncide avec la date d'anniversaire de Jun Sang, le très jeune narrateur de ce récit qui nous fera découvrir la sinistre et cruelle réalité nord-coréenne vue de l'intérieur et les tristes conditions de vie de tout un peuple.

Aurélien DUCOUDRAY


L'ANNIVERSAIRE DE KIM JONG-IL

mardi 19 septembre 2017

GLOSE


GLOSA

( GLOSE )

(excellemment) traduit de l'espagnol (Argentine) par Laure Bataillon

Repéré chez Ingannmic comme ouvrage inclassable, j'ai tout de suite eu le sentiment que ce livre était pour moi. Ce qui m'a interpellée et intriguée, entre autres, c'est que l'on puisse faire un roman original d'une simple balade de deux personnages à travers les rues d'une ville argentine.
Car avec Glose, nous tenons entre les mains le récit, non d'une histoire, mais d'un moment où chaque milliseconde de pensées, sensations, souvenirs, est déroulée à l'extrême, prenant des chemins sinueux qu'on était loin d'attendre au tournant.

Juan José SAER


GLOSE

jeudi 14 septembre 2017

GROS OURS ET PETIT LAPIN


GROS OURS ET PETIT LAPIN

Ah ce titre ! Irrésistible ! J'ai craqué, forcément ! D'abord, parce que je résiste mal aux ours, et puis, depuis Watership Down, j'ai une petite faiblesse pour les lapins. Alors GROS ours et PETIT lapin, c'était le combo fatal. Sans compter que le titre m'avait vaguement évoqué Le Grand Méchant Renard et que j'avais espéré une histoire du même tonneau, ainsi que retrouver un plaisir de lecture similaire qui ferait autant appel à mon âme d'enfant qu'à ma sagacité d'adulte.^^

Qu'on ne se méprenne pas, ce n'est pas à l'étage jeunesse de ma bib' que je suis allée chercher cet album. Je l'ai repéré mis en avant parmi les BD de la section adulte. Et de fait, malgré un titre choupinounet comme ce n'est pas permis, ça parlera certainement davantage aux adultes qu'aux enfants.

NYLSO


GROS OURS ET PETIT LAPIN

lundi 11 septembre 2017

CONFITEOR


JO CONFESSO

( CONFITEOR )

traduit du catalan par Edmond Raillard

Ma grande victoire de l'année ! Enfin, j'ai lu Confiteor !
Un roman qui m'a toujours intriguée, tentée et en même temps impressionnée. J'avais très envie de savoir ce qui se cachait derrière, et en même temps, j'en avais peur. Beaucoup a été dit à ce sujet, et ce qui me marquait (et m'inquiétait) toujours, c'était l'exigence de ce texte, l'impossibilité de le résumer, le foisonnement dans tous les sens. Certains avaient quand même lâché au bout de 100 pages, et une collègue a dû s'y reprendre à deux fois avant de dépasser les 30 premières pages, n'y comprenant rien au départ.

Jaume CABRÉ


CONFITEOR

jeudi 7 septembre 2017

LE VAGABOND DE TOKYO - TOME 2


LE VAGABOND DE TOKYO

TOME 2 : TENDER IS THE NIGHT

Sérieux, si ce n'est pas de la moquerie délibérée de la part de l'auteur que ces titres de tomes (le tome 3, c'est Tokyo Lullaby) qui laissent entendre douceur, rêverie et poésie, alors que la base de cette série, en dehors de l'humour délire, c'est du trash, du sulfureux, de la vulgarité et du mauvais goût assumé. Bref, cet auteur, Takashi Fukutani, est un vil coquin.^^

Bien. Malgré une expérience traumatisante déroutante et très mitigée avec le tome 1 de cette série, j'ai enchaîné avec la suite, tout simplement parce que j'avais emprunté les deux tomes d'un coup, absolument convaincue que j'allais adhérer, et que bon, j'aime parfois être bien sûre que ce n'est pas ma came avant de lâcher définitivement.

lundi 4 septembre 2017

TURBULENCES


TURBULENCES

Aaaah je crois que dans la collection Sociorama qui combine sociologie et BD et dont je suis particulièrement friande, j'ai mis la main sur l'album qui remporte la palme du meilleur et du plus drôle. Rires de la hyène hilare à chaque page ! Bon, certes, je n'en suis qu'à mon troisième de la série après La Fabrique pornographique et Chantier interdit au public, mais bon sang, Turbulences m'a tellement enthousiasmée que je l'ai lu deux fois de suite pour me régaler à nouveau de ses planches désopilantes.

Il faut dire aussi que cette BD aborde une thématique qui me parle beaucoup, moi qui adore les voyages, et j'étais particulièrement curieuse de découvrir les coulisses d'une compagnie aérienne et de voir les choses du point de vue du personnel de bord.

Anne LAMBERT


TURBULENCES

jeudi 31 août 2017

LE GRAND A


LE GRAND A

En sous-titre, "Il mange 195 jours de votre vie."

En quatrième de couv' : "C'est devenu une corvée de notre temps, 70% d'entre nous passe 1h20 par semaine à "faire le plein" dans les grandes surfaces. Les hypermarchés sont une spécialité bien française et pourtant ces temples de la consommation qui dévorent le coeur des villes, restent méconnus.
Xavier Bétaucourt et Jean-Luc Loyer nous invitent à passer de l'autre côté des rayons, à la rencontre de ceux qui font vivre l'un de ces mastodontes. Face au directeur, aux hôtesses de caisses ou aux fournisseurs, se dressent les commerçants impuissants d'une ville voisine, dirigée par le Front National, avec les clients comme enjeu... Ils nous racontent, par petites touches, leur quotidien, leur travail, les collègues, le chômage, la politique, les rêves et la réalité.

Xavier BÉTAUCOURT


LE GRAND A

lundi 28 août 2017

THE LONG WAY TO A SMALL, ANGRY PLANET


THE LONG WAY TO A SMALL, ANGRY PLANET

                      WAYFARERS - Tome 1

( L'ESPACE D'UN AN )

Voilà un livre qui a atterri dans ma PAL grâce à un collègue dont je ne connaissais pas très bien les goûts de lecture (ceci dit, côté films, on avait quelques points communs), mais en échangeant un peu au détour d'une pause, voilà que je lui pose la question fatale qu'il faudrait que je m'empêche de poser à tout-va pour préserver ma PAL : "et sinon, tu as lu un truc sympa dernièrement ? Un truc vraiment bien que tu recommanderais ?"
Lui (cinq secondes de réflexion) : "Ben écoute, oui, L'espace d'un an de Becky Chambers. C'est de la SF. Vraiment très bon. Super (hochements de tête à l'appui au souvenir de cette lecture) !"
Moi (bave aux lèvres) : "Aaah ?... Jamais entendu parler... hmmm... mais ça parle de quoi ?"

Becky CHAMBERS


THE LONG WAY TO A SMALL, ANGRY PLANET

jeudi 24 août 2017

LA DARONNE


LA DARONNE

Comment résister à Patience veuve Portefeux (rien que ce nom !), alias la Daronne, rendue fameuse entre autres par les blogs ? Plutôt alléchant, comme ça, au premier abord (rien que le titre !). Quand Keisha me l'a mis entre les mains, je n'ai pas pu dire non malgré mes problématiques de PAL. Et pourtant, les histoires autour de trafics de drogues, dealers et barres de shit, ce n'est pas vraiment ma came (... merci, merci !^^). Mais bon, j'aimais bien l'idée de cette femme, la cinquantaine, n'ayant rien à voir avec ce milieu au départ et s'y retrouvant en plein coeur.

Traductrice judiciaire payée au noir et mal payée, dont le quotidien consiste à retranscrire des conversations de trafiquants de stups, l'avenir s'annonce mal à 53 ans pour notre Patience veuve Portefeux, surtout que sa mère est à l'hospice et que ça lui coûte 3200 euros par mois. On comprendra que lorsque l'occasion se présente, elle n'y réfléchit pas à deux fois pour franchir la ligne rouge et devenir la Daronne.

Hannelore CAYRE


LA DARONNE

lundi 21 août 2017

WALKING DEAD - TOMES 16 ET 17


WALKING DEAD

                    Tome 16 - UN VASTE MONDE
                    Tome 17 - TERRIFIANT

Il y a deux ans (pfiou, le temps passe vite...), je terminais le tome 15 sans trop être sûre de poursuivre l'aventure avec nos survivants de cet étrange virus qui a condamné l'humanité à l'état de zombie. Ça faisait un moment que je trouvais que l'intrigue tournait en rond, qu'il ne se passait plus grand-chose de palpitant, que ça ne se renouvelait pas vraiment... Seulement voilà, je ne me suis pas enquillé 15 tomes pour m'arrêter sans avoir le fin mot de l'histoire. Enfin, sauf si les deux suivants ne relançaient pas un peu l'intrigue, me suis-je promis. De toute façon, j'étais de moins en moins motivée par cette série. Promesse ou pas promesse, ma lecture s'arrêterait d'elle-même tout naturellement si on continuait à faire du surplace.

jeudi 17 août 2017

SAGA - TOME 7


SAGA - TOME 7

Six tomes que je me suis écriée à chaque fois que cette série était gé-niale ! Imaginative, inventive, originale, palpitante, prenante, l'humour et l'esprit toujours au rendez-vous ! Ça en devenait incroyable, une telle constance dans le génie.
Le tome 7 allait-il faillir à la tradition ? Tiendrait-il la barre de l'excellence ? Allais-je finir par me lasser ?

Le mémo du contexte général :
Alana et Marko, deux amants de races extraterrestres ennemies, sont traqués par tout l'univers depuis qu'ils ont donné naissance à la petite Hazel.
"C'est l'histoire de deux mondes pour toujours en guerre, une planète appelée Continent, et une lune appelée Couronne. Mais c'est aussi l'histoire d'un monde lointain qui tourner autour des deux."

lundi 14 août 2017

LES RÊVERIES D'UN GOURMET SOLITAIRE


LES RÊVERIES D'UN GOURMET SOLITAIRE

... ou Le Gourmet solitaire, tome 2, car on retrouve ici le même personnage et on le suit à nouveau dans sa quête et ses découvertes de ces endroits divers et variés où se restaurer au Japon, au gré de ses errances et à la force de son intuition. Jamais à la recherche du luxueux, au contraire, ce qu'il veut, c'est du banal, du simple, mais du goûteux et du bon sans chichi. Comme à Paris où l'amènent, lors d'un épisode, ses activités d'homme d'affaires, et où on le retrouvera non pas au Fouquet's, mais attablé devant un bon couscous des quartiers populaires.

En postface (de Yoko Hiramatsu) :
"[...] et une fois lancé, tel un train à vapeur, rien ne l'arrête plus. [...] Il ne reste au lecteur qu'à regarder Gorô en roue libre dans le sésame, les feuilles de moutarde, le gingembre rouge, les nouilles râmen, la soupe et le riz, et nager dans l'épicurisme jusqu'à ne plus avoir pied. Les calories, les régimes, la retenue sont laissées sur le quai, c'est aussi pour cela qu'on l'aime. Il nous allège l'âme."

jeudi 10 août 2017

DE RIEN


DE RIEN

Ça va m'être très difficile d'expliquer mon attirance de départ pour cet album exposé parmi d'autres sur le présentoir de ma bib'. Auteur inconnu. Couverture pas franchement causante. Le titre, peut-être ? Une de ces formules d'usage un peu plates qu'on se sent toujours un peu forcé de répondre à un merci non moins mécanique. Quelque chose d'un peu ironique, voire cynique, et d'absurde derrière ce titre. Je sentais en tout cas que j'allais trouver dans cet album quelque chose de peu classique, qui allait grincer un peu, et l'idée me plaisait bien.

Je feuillette un peu, tombe sur la page du titre intégré d'emblée dans une illustration qui ne paie pas de mine (cf ci-dessous) mais qui m'arrache un petit sourire.

Geoffroy MONDE


DE RIEN

lundi 7 août 2017

PETITE HISTOIRE DES COLONIES FRANÇAISES - TOME 2


PETITE HISTOIRE DES COLONIES FRANÇAISES

TOME 2 : L'EMPIRE

Après un rapide tour d'horizon sur l'histoire des colonies françaises en passant par la Floride, l'Amérique du Sud, le Canada, la Louisiane et les Antilles dans le tome 1, nous poursuivons notre cours d'histoire accéléré en passant cette fois-ci par le Maghreb puis l'Afrique noire. Nous avons droit ici  à  un topo très instructif sur l'Algérie française, puis un tour d'horizon plus expéditif sur la Tunisie et le Maroc sous protectorat. Ce tome s'attarde ensuite un peu plus sur l'Afrique coloniale, avec une petite parenthèse sur la présence française dans l'Océan Indien (île de la Réunion et protectorat sur les Comores et Madagascar) et son intensification en Océanie (Polynésie, Nouvelle-Calédonie).

vendredi 4 août 2017

LE VAGABOND DE TOKYO - TOME 1


LE VAGABOND DE TOKYO

TOME 1: RÉSIDENCE DOKUDAMI

Un manga sur lequel je me suis ruée au détour d'une bib' quand je me suis souvenue que Jérôme avait commenté un jour en être totalement fan.
À l'époque, je pensais qu'il s'agissait de l'histoire d'un pauvre hère que la vie avait quelque peu malmené mais qui, par sa grandeur d'âme (mouahaha, je sais), allait changer le destin de ceux qu'il croisait ou quelque chose comme ça (que je suis naïve parfois, je sais). Certes, je savais que Jérôme était un peu polisson et le "public averti" que ma bib' avait estampillé sur la couverture aurait dû me mettre la puce à l'oreille, et de fait, une fois le manga entre les mains, je m'attendais à quelque chose de plus fou, avec délires et bargerie, mais j'étais loin d'imaginer que ce serait aussi sulfureux et aussi trash.

FUKUTANI Takashi


LE VAGABOND DE TOKYO - TOME 1

LE VAGABOND DE TOKYO - TOME 2

lundi 31 juillet 2017

LA PORTE


LA PORTE

traduit du hongrois par Chantal Philippe

Voilà ! J'ai ENFIN lu ce grand classique de la littérature hongroise qui m'intriguait depuis des années !
Quand je pense que j'ai failli lâcher ce livre au bout de quelques pages, perturbée par une narration et un style qui me semblaient raides et abrupts, une impression de chaos et une atmosphère générale qui me rendaient mal à l'aise. Je pressentais la mauvaise pioche avec beaucoup de déception car j'en attendais beaucoup de ce roman que j'espérais aimer, rien moins qu'une révélation. Et au final, j'en ressors assez bouleversée !
Quel grand roman tout de même ! Quel personnage fascinant que cette Emerence !

Magda SZABÓ


LA PORTE

mercredi 26 juillet 2017

QUAND SORT LA RECLUSE


QUAND SORT LA RECLUSE

Vargas, je ne suis pas particulièrement fan, du genre à me précipiter sur tous ses romans, mais j'avoue que depuis 2 ou 3 romans que je côtoie son commissaire Adamsberg, c'est plutôt avec plaisir que je le retrouve quand l'occasion se présente.
Vargas, c'est plaisant. C'est la sortie sans chichi, sans réfléchir à comment on va s'habiller, sans se demander qui sera parmi les invités. On ne trépigne pas à l'idée de cette soirée mais on est bien content de cette occasion quand même. Ce sera sympa quoiqu'il arrive. Bonne soirée en perspective, pas d'excitation à l'horizon, rien de planplan non plus, juste ce qu'il faut. On s'y rend tranquille, on passe un moment tranquille, on rentre tranquille.

Adamsberg, c'est les retrouvailles avec un ami avec qui on se sent bien. Pas celui avec qui on délire le plus mais on est content de le voir. Lui et sa fine équipe d'ailleurs, Danglard, Veyrenc, Retancourt, et j'en passe.

lundi 24 juillet 2017

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE


L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

sous-titré Fantasmes et réalités

        LA PETITE BÉDÉTHÈQUE DES SAVOIRS - Tome 1


Ça faisait un moment que j'étais curieuse de cette collection de "La petite bédéthèque des savoirs" qui se propose de nous aider à "comprendre le monde en BD" en explorant différentes thématiques du domaine des sciences humaines et de la non-fiction : science, histoire, philosophie, droit, économie, etc... mais aussi des thèmes plus actuels, tels que la pop culture ou les questions de société.
Le concept est simple, et je reprends ici la présentation de l'éditeur : "il s'agit d'une collection de bandes dessinées didactiques qui associe un dessinateur à un spécialiste.

Jean-Noël LAFARGUE


L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

jeudi 20 juillet 2017

CHERS MONSTRES


CHERS MONSTRES

traduit de l'italien par Marguerite Pozzoli

Stefano Benni, c'était un de mes auteurs italiens chouchou à une époque. Je me régalais tellement de sa "bargerie" à l'état brut, de son univers loufoque et farfelu, de son imagination débridée et de son humour irrésistible qui me faisait hurler telle la hyène hilare, que j'enchaînais ses livres (même les recueils de nouvelles !) assez facilement jusqu'à ce que je ne parvienne plus à me dépêtrer de mes LAL et PAL particulièrement tentantes elles aussi.

Ça faisait bien 10 ans que je ne l'avais pas lu mais son dernier livre m'a finalement rappelée à son bon souvenir. Il faut dire que la présentation de l'éditeur était particulièrement irrésistible. La thématique du "monstre" me fascinait et la perspective de contes et mythes revisités et détournés m'enchantait à l'avance, d'autant plus que sous la plume de Benni, j'étais convaincue que je me délecterais tout le long :

lundi 17 juillet 2017

LA SONATE À BRIDGETOWER


LA SONATE À BRIDGETOWER

Après le formidable Photo de groupe au bord du fleuve dont je m'étais régalée, il me tardait de découvrir La Sonate à Bridgetower qui, selon l'auteur, Emmanuel Dongala, était radicalement différent de ses romans précédents. Ces derniers traitaient en effet spécifiquement des questions africaines contemporaines. Ici, rien de tel, jusqu'au style qu'il a travaillé encore différemment pour essayer de coller à l'époque, la fin du 18è siècle en Europe.
J'étais particulièrement curieuse de ce roman qui était l'aboutissement d'une lubie de l'auteur : se lancer dans le projet d'écrire sur un sujet dont il ne connaissait rien (fou, non ?). Je trouvais ce challenge personnel d'autant plus intéressant que, par le biais du milieu musical, il allait aborder un pan de l'Histoire sous un de ses aspects sociologiques que je n'avais jamais lu en littérature : la condition des gens de couleur et des Noirs en France, à la fin du 18è siècle, mais également en Angleterre.

vendredi 14 juillet 2017

ADELAIDA & COCO


ADELAIDA & COCO

Allez, un énième livre sur les rapports maître-chat (ou maître-humain selon le point de vue^^) pour la gagatiseuse ès chats que je suis, l'ailurophile, devrais-je dire, pour faire plus chic (#japprendsunnouveaumotparjour). Je ne me lasse pas de cette thématique, c'est comme ça, aussi quand j'ai aperçu cet album dans une librairie espagnole (un de mes tocs, visiter les librairies quand je suis à l'étranger), je n'ai pas pu résister, je l'ai embarqué direct (c'est duty free en plus).

C'était par ailleurs l'occasion (oui, j'essaie toujours de me justifier quand j'achète des livres, c'est fou) de replonger dans la lecture en VO espagnole, à moindre difficulté puisque les BD sont constituées d'au moins 50% d'illustrations, ce qui aide beaucoup à la compréhension dans le contexte quand on n'a pas de dictionnaire bilingue à portée de main.

EIRE


ADELAIDA & COCO

mardi 11 juillet 2017

LA CANTINE DE MINUIT - 1


LA CANTINE DE MINUIT - 1

Japon + histoires de bouffe cuisine = complètement pour moi ! Je n'ai pas résisté longtemps quand je suis tombée sur ce volume aux éditions du Lézard noir en qui je fais toute confiance pour la qualité de leurs mangas, et je n'ai pas regretté mon acquisition. Ce premier tome m'a tellement enthousiasmée que, la dernière page tournée, je me suis écriée : "Il faut que je me trouve une cantine de minuit dans Paris !!! Ou du moins, un endroit où l'on me cuisinerait exactement ce que je veux, comme je veux !!!" (et pas forcément à minuit).

Franchement, ce n'est pas génial ce concept ? Hé bien, la "Cantine de minuit", c'est exactement ça. Un restaurant ouvert de minuit à 7 heures du matin, où le gérant propose le strict minimum sur sa carte mais si vous avez envie d'autres choses, vous pouvez commander n'importe quel plat. Du moment que le gérant a ce qu'il faut, il vous le préparera. Et de la manière dont vous le souhaitez en plus. Et parfois, en y rajoutant sa petite touche personnelle quand même.
Pffff ! Le rêve !

ABE Yarô


LA CANTINE DE MINUIT - 1

jeudi 6 juillet 2017

LA TYRANNIE DES APPARENCES


LA TYRANNIE DES APPARENCES

Un livre repéré totalement par hasard à la bib' et dont cet extrait de la quatrième de couv' m'a tout de suite ferrée :
"Pour ses dix-huit ans, Thalia reçoit de ses parents le plus beau des cadeaux : ses premières injections pour vieillir prématurément sa peau. Elle sait qu'être jeune est la pire des conditions. Elle a beau teindre ses longs cheveux en gris, elle reste laide. Le monde a bien changé. La jeunesse est devenue maudite et chaotique. Désormais, la vraie vie commence à cinquante ans et le pouvoir est aux mains des anciens.
[...] (ce) nouveau roman de Valérie Clò se moque de notre société et de ses travers !"

J'ai beaucoup aimé cette idée d'un miroir inversé de notre société, où les normes et les mentalités sont à l'extrême opposé de celles du monde actuel, à un point où cette situation et ce contexte social semblent hautement improbables et surréalistes. Et pourtant, l'auteure arrive à rendre ce nouveau monde plutôt crédible en imaginant, au travers du témoignage d'une femme mûre de l'ancien monde, comment on pourrait en arriver là.

Valérie CLO


LA TYRANNIE DES APPARENCES

lundi 3 juillet 2017

JOLLY JUMPER NE RÉPOND PLUS


JOLLY JUMPER NE RÉPOND PLUS

Je dois avoir lu presque tous les albums de Morris quand j'étais plus jeune. Je connais donc plutôt bien l'univers de "Lucky Luke", mais quand j'ai repéré cet album qui en proposait une version décalée et parodique, je n'étais pas spécialement emballée car en fait, je n'ai jamais été très fan du cowboy solitaire. À l'époque, ça me divertissait, sans plus.

Sauf que voilà, on me l'a mis entre les mains, et comme les avis étaient plutôt enthousiastes, que 48 pages, ça n'allait pas menacer ma PAL tout de même, et qu'en plus, au pire, ça me divertirait à défaut du coup de coeur, j'ai cédé à la curiosité...
... et j'en fus bien récompensée !

Guillaume BOUZARD


JOLLY JUMPER NE RÉPOND PLUS

vendredi 30 juin 2017

DOOMSDAY BOOK


DOOMSDAY BOOK

( LE GRAND LIVRE )

Vous avez vu le film "Misery" ? Vous vous souvenez de cette scène où Annie Wilkes, fan invétérée de l'écrivain Paul Sheldon, est confortablement assise devant lui et s'apprête à savourer son dernier manuscrit (qu'elle l'a un peu contraint à finir), sourire de joie sauvage sur les lèvres, excitation dans les yeux (ça, c'était moi en ouvrant Le Grand Livre) ? Très vite cependant, l'incrédulité et le mécontentement se lisent sur son visage, et elle poursuit sa lecture, sourcils de plus en plus froncés et indignation type WTF dans les yeux (ça, c'était moi quelques pages plus loin et au fur et à mesure que j'avançais).

Bon, moi, comme je n'ai pas séquestré Connie Willis, c'est sur FB que je me suis défoulée tellement j'étais colère :

mardi 27 juin 2017

LE MEURTRE D'ALICE


LE MEURTRE D'ALICE

traduit du japonais par Alice Hureau

Une pioche due totalement au hasard à la bib', un roman japonais inconnu de mes services, forcément j'y regarde de plus près, la couverture et le titre m'ont par ailleurs intriguée en m'évoquant la Alice de Lewis Carroll, et je ne m'y suis pas trompée en lisant la 4è de couv' :

"Alice est suspectée de meurtre au Pays des Merveilles.
Les crimes se multiplient et se répercutent dans le monde réel, au sein d'une université japonaise. Petit à petit, Alice se sent menacée tout comme Ari Kurisugawa, une des étudiantes du campus. Deux mondes mystérieusement liés dans lesquels se cache un meurtrier expert en faux-semblants. Alice et Ari parviendront-elles à le démasquer et à sortir indemnes de cette histoire qui frise la folie ?

KOBAYASHI Yasumi


LE MEURTRE D'ALICE

samedi 24 juin 2017

AGATHA RAISIN AND THE QUICHE OF DEATH


AGATHA RAISIN AND THE QUICHE OF DEATH

( AGATHA RAISIN ENQUÊTE : LA QUICHE FATALE )

Série Agatha Raisin - Tome 1


Allez, avouons-le, dans un moment de faiblesse et d'envie de lectures légères et divertissantes (voire rapide dans le cadre de, disons, par exemple, un mois anglais^^), ce titre devient vite irrésistible avec sa référence flagrante à Agatha Christie avec humour en prime. Rien que cette quiche fatale (et même ZE quiche of death) du titre amuse avant même d'avoir lu la première page. Une association de mots un peu tarte et saugrenue mais ça donne le ton. On sent le roman sans prétention mais on sent aussi qu'on pourrait bien s'amuser avec cette Miss Marple version 21è siècle.

M.C. BEATON


AGATHA RAISIN AND THE QUICHE OF DEATH

mardi 20 juin 2017

THE TERRIBLE PRIVACY OF MAXWELL SIM


THE TERRIBLE PRIVACY OF MAXWELL SIM

( LA VIE TRÈS PRIVÉE DE MR SIM )


Enfin, j'ai lu un Jonathan Coe ! Ça faisait longtemps qu'il était en projet mais comme pour tout auteur d'une bonne dizaine de romans qu'on n'a jamais lu, ça commençait à devenir chaud pour faire mon choix parmi ses nombreux titres qui, tous, à en croire les avis, valent le détour, même si les appréciations varient quelque peu d'un lecteur à l'autre. De longue date, c'était Testament à l'anglaise qui était inscrit sur ma LAL, mais j'avais aussi La Maison du sommeil qui m'intriguait, Bienvenue au Club également, et tout récemment, j'avais noté Expo 58 et Number 11 qui me tentaient bien...

Jonathan COE


THE TERRIBLE PRIVACY OF MAXWELL SIM

samedi 17 juin 2017

EASY SILENCE


EASY SILENCE

( TENDRES SILENCES )

Angela Huth, c'est une romancière que je ne connaissais pas encore il y a (hein, gloups, déjà ?) 6 ans et dont j'ai repéré ce titre chez Loo. À l'époque, l'intrigue me tentait bien, quelque chose avait éveillé ma curiosité sur ce roman, je ne sais plus exactement quoi parce qu'à mesure que le temps passait, j'étais de plus en plus réticente à m'y plonger.
La perspective de me lancer dans une intrigue mettant en scène un couple d'une cinquantaine d'années, tellement familier l'un de l'autre que leur communication peut s'agrémenter sans ambiguïté de ces "tendres silences" (je trouve que l'expression "easy silence" en anglais reflète mieux toute la dimension de leurs relations) et l'idée d'une histoire un peu intimiste que je ne sentais pas des plus palpitantes m'enthousiasmaient de moins en moins. Mais bon, le livre était déjà dans ma PAL, ce mois anglais était l'occasion de l'en sortir enfin.

Angela HUTH


EASY SILENCE

mercredi 14 juin 2017

L'ADOPTION - TOME 1


L'ADOPTION - TOME 1

         QINAYA

Rhââââ ! Mais qu'est-ce qui m'a pris de me lancer dans un diptyque alors que le tome 2 n'est pas encore sorti ?? Bon, la bonne nouvelle, c'est que le temps que j'ai mis à me décider à enfin lire le tome 1, je viens de vérifier mais le tome 2 sort en fait le 31 mai, soit dans quelques jours*, youhou ! (et il y a fort à parier qu'il sera même déjà paru le temps que je publie ce billet...).
*brouillon de billet datant de mi-mai...

Qu'est-ce qui m'a pris donc de me lancer dans cette série ?
- le titre, déjà. L'adoption, c'est une thématique qui m'a toujours touchée parce qu'elle évoque choc des cultures, apprivoisement mutuel, chamboulement dans une vie de famille, adaptation et intégration de l'enfant, épreuves et moments de bonheurs familiaux.

lundi 12 juin 2017

MY COUSIN RACHEL


MY COUSIN RACHEL

(MA COUSINE RACHEL )

Aaah quand on a découvert Daphne du Maurier avec Rebecca, la barre est haute pour ses autres oeuvres qui n'échappent pas à la comparaison. La claque était telle que je ne m'en suis toujours pas remise. Il faut croire que je suis un peu maso car quand je me suis attelée à Ma cousine Rachel, je tendais avidement la joue gauche pour une deuxième volée.
Ça partait donc assez mal parce que l'histoire est tellement différente que les deux romans ne sont pas vraiment comparables, et sur les premières pages, j'étais un peu déçue de ne pas être, dès le début, terrassée par l'intrigue qui se mettait en place petit à petit. C'était bien écrit, bien raconté, pas grand chose à redire d'ailleurs, il y avait déjà une atmosphère propre à l'univers de Daphne du Maurier - mystérieuse, inquiétante, intrigante et prenante - mais je trouvais ça plus faible que l'impact que Rebecca avait eu sur moi assez vite.

vendredi 9 juin 2017

GROENLAND MANHATTAN


GROENLAND MANHATTAN

Je ne connaissais pas l'histoire de Minik Wallace, ce jeune Inuit emmené enfant à New York en 1897 avec son père et quatre autres membres de sa famille par l'explorateur américain Robert Peary. En revanche, je connaissais Chloé Cruchaudet qui m'avait bluffée avec son adaptation graphiquement fascinante de l'histoire étonnante de Paul Grappe, alias Suzanne Landgard dans Mauvais genre, aussi c'est plutôt confiante que j'ai abordé ce nouvel album malgré un titre qui ne m'inspirait rien (les expéditions polaires, le grand froid, tout ça, ça m'enthousiasme assez peu à la base).

J'ai découvert donc avec cette BD le destin tragique de Minik, emblématique de celui de ces peuples considérés comme des sous-hommes à l'époque (je pense en particulier au destin non moins tragique de la Vénus Hottentote), victimes d'une "idéologie coloniale et raciste validée par la politique et la science"*, exposés tels des animaux de zoo à la curiosité du monde dit civilisé, contaminés par la modernité, et dont les conséquences de ces attitudes et actes irresponsables et honteux se reflètent encore de nos jours.

lundi 29 mai 2017

THE SELLOUT


THE SELLOUT

( MOI CONTRE LES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE )

Gloups ! J'ai laissé passer trop de temps entre la fin de ma lecture et ce moment où je rédige mon billet pour pouvoir en parler avec toute la fraîcheur requise. Une des raisons en est simple. C'est un livre au sortir duquel j'avais du mal à savoir quoi en penser, à organiser mes impressions, trouver comment en parler, du coup j'ai retardé le moment en me disant qu'en laissant reposer tout ça, il en ressortirait la clarté et l'essentiel. 
Re-gloups ! C'est une lecture qui me semble bien loin maintenant (j'ai lu 8 livres entre-temps...). Une seule chose est sûre. Ça dépote ! Pendant toute la lecture, j'étais prise dans un tourbillon de personnages complètement barrés et de situations incongrues. L'auteur, Paul Beatty, semble faire dans le décalé mais il n'est pas aussi simple à cerner. Il y a du farfelu dans l'air, mais aussi du bon sens et des réflexions très justes, et la difficulté est de savoir à quel degré prendre tout ça, sous quel angle aborder la chose et quel sens surtout donner à tout ça.

Paul BEATTY


THE SELLOUT

vendredi 26 mai 2017

HISTOIRES DE FAMILLE


HISTOIRES DE FAMILLE

           HUIT NOUVELLES DESSINÉES

traduit du suédois par Aude Pasquier


Une BD repérée chez Jérôme et que j'avais soigneusement notée, principalement parce que l'auteur, Pelle Forshed, est suédois, et que je n'ai pas souvenir avoir jamais lu de BD suédoises (oui, des fois mes motifs de lecture sont un peu farfelus...).

Bien sûr, la thématique, bien que plombante, me parlait aussi. La vieillesse, la fin de vie, la mort... On se sent tous concernés, ça nous travaille, mine de rien. En tout cas, j'ai bien l'impression que c'est mon cas, même si j'ai encore de la marge. C'est un sujet qui me fascine clairement et me touche aussi d'une certaine manière.

Pelle FORSHED


HISTOIRES DE FAMILLE

mercredi 24 mai 2017

DU VENT


DU VENT

Un écrivain, Jérôme Walque, qui rêve de consacrer un ouvrage sur l'injustement méconnu triumvir Lépide, précisément parce qu'il n'a pas marqué les esprits, se retrouve à écrire en parallèle un roman sur commande pour une nouvelle collection éditoriale consacrée au bondage. Voilà un sacré grand écart littéraire que le gymnaste linguistique, Xavier Hanotte, exécute à merveille, pour notre plus grand plaisir.
Alors qu'on pense que la prouesse (déjà épatante) s'en tient là et que le fil de l'intrigue sera aussi droit que celui du funambule, l'auteur belge nous enchante par quelques pirouettes totalement inattendues où la fiction déborde sur la réalité et que se mêlent à ce grand cirque littéraire, des éditeurs et des policiers peu conventionnels, dans un show qui sait créer la surprise et le suspense, coupera le souffle et arrachera des rires, comme tout bon show qui se respecte.

Xavier HANOTTE


DU VENT

lundi 22 mai 2017

LA RABOUILLEUSE


LA RABOUILLEUSE

Ou comment Zao Wou-ki, peintre et graveur chinois naturalisé français en 1964 m'a conduite à Issoudun (enfin, c'est Keisha qui était au volant^^), où quelques-unes de ses ma-gni-fiques oeuvres étaient exposées au Musée de l'Hospice Saint-Roch l'année dernière, et que la lubie m'a prise de lire La Rabouilleuse de Balzac quand j'ai découvert que l'action se déroulait à Issoudun même !
C'est dire que l'escapade m'a conquise !

Ce roman n'est pas le plus lu ou le plus cité des oeuvres de Balzac (l'introduction le confirme) (et j'ai même eu un mal fou à le trouver en ebook gratuit), ce qui m'a quelque peu inquiétée quant à son potentiel enthousiasmant, et pourtant, je me suis ré-ga-lée de ces retrouvailles avec Balzac que je n'avais pas lu depuis bien longtemps. C'est même un roman qu'il me tardait de reprendre après chaque pause forcée et que j'ai dévoré sans vraiment m'en rendre compte. Je me suis même exclamée sur FB, en cours de lecture, "les classiques, c'est vraiment le bien, même quand ça n'y paraît pas comme ça." ^^

mercredi 17 mai 2017

LA MAISON DES ÉPREUVES


THE PLIGHT HOUSE

( LA MAISON DES ÉPREUVES )

traduit de l'anglais (Canada) par Claro

Repéré chez Ingannmic, j'ai assez rapidement pressenti que ce livre était fait pour moi malgré un bref résumé du contexte de l'histoire qui m'avait laissée sceptique au départ. Je lui écrivais d'ailleurs :
"Les premières lignes ont failli me laisser penser que ce livre était très loin des histoires susceptibles de me parler (suicide d'une amie d'enfance, etc - bonjour glauque, haha), et puis au fur et à mesure que je te lisais, il devenait évident que ce livre avait tout pour me plaire ! J'adore tout ce qui est curieux ou original, que ce soit sur le fond ou la forme, et puis cette histoire de lecteur qui est également héros d'un jeu de rôle, c'est franchement intrigant ! Bon, je m'en vais chercher ça !"

Jason HRIVNAK


LA MAISON DES ÉPREUVES

dimanche 14 mai 2017

En mai, fais ce qu'il te plaît, mais en juin, c'est le mois anglais - troisième round ! ;-)


Cryssilda et Lou remettent ça pour la sixième année consécutive, et moi je rempile pour la troisième fois ! Il faut dire que ce petit rendez-vous annuel me permet un retour "aux sources" et à mes vieilles amours que j'ai tendance à négliger au profit d'autres horizons livresques.

vendredi 12 mai 2017

CHIISAKOBÉ - TOMES 3 ET 4


CHIISAKOBÉ - TOMES 3 ET 4

             LE SERMENT DE SHIGEJI

Nous y voilà enfin à cette fin tant attendue ! Et pour couper court à tout suspense, je n'ai pas été déçue bien que cette série se termine finalement sans réelle surprise. J'ai espéré pourtant un petit twist, un rebondissement, un retournement de situation, voire une révélation dont j'avais cru détecter des allusions tout au long de l'intrigue, mais non. Et ça ne m'a pas déçue. Je ne sais pas trop quel coup fourré de la part de l'auteur je craignais également mais l'auteur n'avait absolument rien de tordu en tête. Et ça, ça m'a soulagée. 
Il faut dire que tant de mystère, de nébulosité et de suspense, ça a de quoi rendre chèvre quand on a le cerveau qui carbure à 100 à l'heure alors que finalement, il n'y avait pas à se poser de questions, douter ou se méfier, toute l'intrigue s'est développée dans une grande cohérence et sans malice dès le premier tome. Quoique...

mercredi 10 mai 2017

BRISER LA GLACE


BRISER LA GLACE

"L'ours se tient, immobile, à quelques mètres.
Je fais face au sommet de la chaîne alimentaire et je retiens mon souffle; c'est la moindre des choses quand on dévisage le seigneur de la banquise. [...]
J'avance d'un pas, mes yeux plantés dans les siens.
L'ours reste imperturbable.
Je dois maintenant prendre une décision cruciale.
Faut-il partir en courant ou faire le mort ?
Agiter les bras en criant ?
Ou acheter cette carte postale représentant l'animal emblématique de l'Arctique sous l'inscription Welcome to Groenland ?
J'opte pour la dernière solution et attends sagement mon tour à la caisse du duty free."

lundi 8 mai 2017

THE GREAT GATSBY


THE GREAT GATSBY

( GATSBY LE MAGNIFIQUE )

Voilà un classique américain qui ne m'avait jamais trop tentée, j'avoue que je ne saurais trop expliquer pourquoi. Une certaine réticence déjà pour certains classiques américains, Hemingway, Capote, Melville, j'en passe, une époque et un style qui, j'ai l'impression, me laissent à distance. Fitzgerald faisait parti du lot. Son Gatsby le Magnifique ne m'évoquait rien de palpitant malgré tout le bien qu'on pouvait en dire. Son roman ancré dans les années 20 aux États-Unis, en pleine ère du jazz et du charleston, devait a priori pourtant totalement me parler. 
Et puis, depuis quelques mois, une certaine curiosité m'a prise tout de même (là non plus ça ne s'explique pas vraiment...), liée quelque part à cette idée de jazz/charleston et une envie de lire quelque chose de l'époque pour en retrouver l'ambiance, et je l'ai du coup noté dans mes projets lecture de cette année, toujours sans grande conviction mais je voulais sauter le pas.

F. Scott FITZGERALD


THE GREAT GATSBY

jeudi 4 mai 2017

UNE HISTOIRE SANS MOTS


UNE HISTOIRE SANS MOTS

🏬📚👀🔎🕮⛔🔤
😶❓
😮😍👍🛒
😁🎉🎈
⏳🔟🌅🌞🌙
👀🕮
😅😅😮💡💡😁🏆
😅😓😓😮💡
😅💡💡😋😋
😓😣❓❓😕
😓😵😤
💡💡😋😋😀
😅💡😆😵😕💡😋😕💡😋😕💡😋...
😉

XU Bing


UNE HISTOIRE SANS MOTS

dimanche 30 avril 2017

NE SAUTEZ PAS !


NE SAUTEZ PAS !

Mon dieu ! Je n'ai quasiment rien de positif à dire sur ce roman, ce qui ne m'était pas arrivé depuis longtemps... Pourtant, ça présageait bien. La couverture présente ce livre comme un "roman pas policer mais presque..." J'adore ce genre de clin d'oeil facétieux d'éditeur qui semble d'emblée se démarquer du classique et du convenu en annonçant ne rentrer dans aucune case connue. Ça sentait le délirant, du moins l'originalité. Forcément, je fonce, surtout que c'était l'occasion de découvrir un auteur belge, Frédéric Ernotte. Je fonce d'autant plus que le résumé était prometteur lui aussi :

"Est-ce forcément mal de ne pas faire le bien ? Assis sur le toit d'un des plus hauts gratte-ciel de Bruxelles, Mathias est songeur. Les jambes du laveur de vitre balancent dans le vide à plus de cent mètres du sol.

Frédéric ERNOTTE


NE SAUTEZ PAS !

mercredi 26 avril 2017

NI D'EVE NI D'ADAM


NI D'EVE NI D'ADAM

Certes, certes, en terminant Riquet à la Houppe il y a à peine quelques semaines, j'avais affirmé que cette lecture, même si loin d'être un échec, ne m'avait pas particulièrement donné envie de me replonger dare-dare dans les autres romans d'Amélie Nothomb, mais à peine m'a-t-on dit que j'aurais dû plutôt lire Ni d'Eve ni d'Adam qui parlait de son fiancé tokyoïte à l'époque de Stupeur et tremblements, que j'ai succombé à la curiosité plus vite que prévu.
Bon, il faut dire que la thématique Japon, pour moi, c'est assez irrésistible, et puis, quelque part, je n'aime pas rester sur une impression de tiède comme avec Riquet à la Houppe. Il faut que ce soit plus tranché et je sentais que cette lecture thématique Japon pourrait être décisive. Enfin, les livres d'Amélie Nothomb se lisant tellement vite, je n'avais pas l'impression de perturber mon programme de lecture par un grand détour imprévu.

lundi 24 avril 2017

PHOTO DE GROUPE AU BORD DU FLEUVE


PHOTO DE GROUPE AU BORD DU FLEUVE

Quand une collègue m'a dit de ce livre au titre qui n'enflamme pas vraiment l'imagination qu'il était superbe, j'ai eu une petite moue dubitative. Quand elle a évoqué une histoire de casseuses de pierres qui se mobilisent pour faire valoir leurs droits, une étincelle de curiosité s'est allumée en moi (mais bon, ce titre, inquiétant tout de même). Je n'aurais pas pensé pour autant qu'un tel récit pourrait aller jusqu'à me passionner. Et pourtant... Je me suis régalée avec ce livre, du début jusqu'à la fin ! Mais vraiment, ré-ga-lée !!

Ce qui m'a plu d'emblée, c'est qu'il y a un certain réalisme dans le rythme de l'évolution de l'histoire et dans la personnalité de nos casseuses de pierre. Ce ne sont pas des révoltées qui obtiennent gain de cause en ruant dans les brancards, convaincues de leur bon droit. Non, ce n'est pas aussi simple, et même, c'est loin d'être simple.

Emmanuel DONGALA


PHOTO DE GROUPE AU BORD DU FLEUVE

LA SONATE À BRIDGETOWER

jeudi 20 avril 2017

CE N'EST PAS TOI QUE J'ATTENDAIS


CE N'EST PAS TOI QUE J'ATTENDAIS

Cet album, très étrangement, m'attirait tout autant qu'il me tenait à l'écart. J'avais bien compris qu'il s'agissait du témoignage d'un père sur l'arrivée inattendue de sa fille trisomique dans sa vie de famille, une épreuve qu'il avait toujours redoutée au plus profond de son être. Le sujet, à première vue comme ça, me parlait, et au vu des avis très enthousiastes, j'étais convaincue qu'il était bien traité et que je ne devrais pas échapper au coup de coeur moi aussi. Je me suis toutefois rendue compte qu'à chaque fois que je tenais cet album entre les mains à la bib', c'était plus fort que moi, je le reposais tout aussitôt, comme si finalement cette lecture m'évoquait quelque chose de trop éprouvant que je ne surmonterais pas, ou qu'il fallait que j'admette que je n'avais peut-être pas tant envie que ça de le lire.

Fabien TOULMÉ


CE N'EST PAS TOI QUE J'ATTENDAIS

lundi 17 avril 2017

LE CHAT


LE CHAT

Voilà, j'ai lu un Simenon. Enfin ! Merci au mois belge !
Bon, j'ai pris soin de ne pas choisir un Maigret car il me semblait que c'était trop me demander, mais des avis plutôt enthousiastes sur ses autres oeuvres m'avaient déjà motivée à découvrir cet auteur belge prolifique, et ce titre présageait bien, moi qui suis une inconditionnelle des chats.
Rien à voir pourtant avec une histoire de gentils minets, ceci dit, et encore moins avec une enquête type policière (je croyais Simenon exclusivement versé dans ce genre), et presque rien à voir avec la Belgique (sauf l'auteur), le lieu de l'action se situant à Paris. J'avoue que ce dernier point m'a un peu déçue, mais rien de grave, l'intrigue valant tout de même le détour !

La situation :

Georges SIMENON


LE CHAT

jeudi 13 avril 2017

UN ADMIRABLE IDIOT


UN ADMIRABLE IDIOT

traduit de l'anglais par Nicole Tisserand

Un roman japonais relatant le séjour d'un jeune Français au Japon à la fin des années 50, c'était assez pour m'appâter. Je trouvais ce roman d'autant plus intéressant que, si j'ai lu pas mal de récits mettant en scène des gaijin (étrangers) au Japon à notre époque, je n'avais pas souvenir d'avoir lu quoi que ce soit dans le genre pendant cette période du milieu du 20è siècle. 
Notre étranger est en plus Français et s'appelle Gaston... Bonaparte ! Voilà qui était prometteur ! Le titre laissait par ailleurs entendre que nous n'aurions pas affaire à un étranger ordinaire. Je pressentais quelques situations cocasses et un moment de lecture jubilatoire aux côtés de notre Gaston en prise avec l'apprentissage du japonais et le choc des cultures, surtout à cette époque.

ENDO Shusaku


UN ADMIRABLE IDIOT

lundi 10 avril 2017

RIQUET À LA HOUPPE


RIQUET À LA HOUPPE

Lorsque j'ai officialisé ma participation au mois belge, j'avais annoncé que ce serait (enfin) l'occasion de revenir à Amélie Nothomb "que j'ai boudée il y a un sacré bout de temps suite à une déception, alors que j'avais adoré ses premiers livres."
ERRATUM Je me suis rendue compte, en rapatriant (enfin) ici mon unique billet nothombien de mon ancien blog, qu'en fait, je n'avais jamais adoré ses premiers livres. Parmi tous ceux que j'ai lus jusqu'à Robert des noms propres que j'ai trouvé indigeste du début à la fin, seuls deux de ses romans m'avaient particulièrement plu, le reste m'ayant distraite, sans plus. Bon, en réalité, il faut en compter trois, avec Hygiène de l'assassin dont je garde un très bon souvenir (mais est-il fiable ? hmmm).

jeudi 6 avril 2017

CHANTIER INTERDIT AU PUBLIC


CHANTIER INTERDIT AU PUBLIC

Après La Fabrique pornographique, je me devais de poursuivre mon exploration de cette collection innovante et audacieuse combinant BD et sociologie, en enchaînant cette fois-ci, pour faire un peu sérieux, sur un sujet moins frivole et a priori plus rébarbatif, les coulisses du bâtiment. Car oui, que se passe-t-il derrière les palissades d'un chantier de construction ? Et c'est justement parce qu'on ne s'en pose pas vraiment la question, le sujet ne fleurant pas vraiment le passionnant et parce que cela nous touche de si loin, que je trouvais intéressant qu'un ouvrage se penche sur la question et sur le sujet qui laissait du coup pressentir dénonciation de l'exploitation et autres irrégularités diverses et variées.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...