lundi 4 septembre 2017

TURBULENCES


TURBULENCES

Aaaah je crois que dans la collection Sociorama qui combine sociologie et BD et dont je suis particulièrement friande, j'ai mis la main sur l'album qui remporte la palme du meilleur et du plus drôle. Rires de la hyène hilare à chaque page ! Bon, certes, je n'en suis qu'à mon troisième de la série après La Fabrique pornographique et Chantier interdit au public, mais bon sang, Turbulences m'a tellement enthousiasmée que je l'ai lu deux fois de suite pour me régaler à nouveau de ses planches désopilantes.

Il faut dire aussi que cette BD aborde une thématique qui me parle beaucoup, moi qui adore les voyages, et j'étais particulièrement curieuse de découvrir les coulisses d'une compagnie aérienne et de voir les choses du point de vue du personnel de bord.
Un album très instructif à ce sujet, qui me les a rendus hautement sympathiques, ouvert les yeux sur la dure réalité de leur métier (franchement, ça n'a rien d'un rêve), rassurée sur la fiabilité d'un voyage en avion (mais je n'ai jamais été très inquiète) et permis de comprendre aussi tout le côté technique (très précis) et organisationnel.

Notre voyage commence avec Marion, une Parisienne méga-flippée de l'air qui doit, malencontreusement pour elle, se rendre au Brésil pour une conférence. Pas le choix, malgré sa phobie de l'avion, elle doit monter à bord d'Air Fonce (haha, mais rien que le nom de la compagnie !). Parallèlement, nous suivons le réveil difficile de la chef de cabine principale qui, malgré sa vie privée compliquée et ses tracas personnels, doit assurer professionnellement, et également le réveil du commandant de bord qui, lui, est une sorte de Brice de Nice qui farte à tout va, est toujours au top de sa forme, très sûr de lui, bref, le blond (sauf que là, il est chauve) des sketches de Gad Elmaleh.
À partir de là, l'enquête sociologique se déroule du départ de l'aéroport jusqu'à l'arrivée à destination, en se focalisant alternativement sur les membres de l'équipage, pilote, co-pilotes, hôtesses et stewards, et sur les passagers (les pax) des classes éco à la première classe. Ces derniers m'auront franchement amusée aussi car il n'y en a pas un qui ne nous rappellera pas des personnes déjà croisées dans l'avion.

Une BD véritablement instructive sur le monde de l'avion, du cockpit à la cabine, sur le travail dans les airs et les rapports hiérarchiques. J'aurai appris entre autre le vocabulaire spécifique des compagnies aériennes pour désigner les passagers, eu quelques petits éclaircissements techniques et scientifiques sur le fonctionnement des avions (jusqu'à celui des toilettes), l'organisation des repas des pilotes, et plein de petits détails qui n'ont l'air de rien comme ça mais on a l'impression de découvrir vraiment tout un univers insoupçonné qui enrichit un peu nos connaissances générales.
Extrait :
"La consommation de jus de tomate est beaucoup plus forte en avion qu'au sol. D'après une compagnie, elle écoulerait 1,7 million de jus de tomate chaque année contre 1,6 million de litres de bières. En vol, l'air est sec et la pression diminue fortement, ce qui change notre perception des aliments. Les plats sont donc à la base plus salés."

La dure réalité pour le personnel de bord, c'est que c'est un travail qui requiert des qualités commerciales et relationnelles mais également très physiques, qui déglinguent entre autres le dos de quasi 100% du personnel. Un équipage qui ne profite pas vraiment de ces voyages et de leurs destinations de rêve au final, tellement ils sont sur les genoux et qu'ils doivent rempiler quasi tout de suite après.

Une BD qui, dans son traitement du sujet avec un humour irrésistible et des illustrations hilarantes, dédramatise aussi de façon très efficace tous ces aspects contraignants du monde de l'entreprise aérienne sans en occulter la réalité, et devrait aussi rassurer tous les phobiques de l'avion à travers ses solides arguments contre les dangers moindres d'un voyage en avion.:-)

Bon, décidément, je suis toujours aussi fan de cette collection ! Sûr et certain que je poursuivrai son exploration.

Les auteurs
Scénario : Anne Lambert, sociologue
Dessin : Baptiste Virot

12 commentaires:

  1. Ohhhhhh j'aime les planches et le sujet me parle énormément pour la passion des voyages!
    Je penserai à prendre un jus de tomates la prochaine fois :D
    Sinon et bien, faut dire que "La fabrique pornographique" me titille aussi d'envie..... ^^
    Big Bisous xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiiii, moi aussi je testerai le jus de tomates !!! Je n'aime pas ça d'habitude, je trouve ça fade.;-)
      Je ne doute pas une seconde que tu apprécierais cette collection, en particulier certains titres, haha !
      Big bisous et bon début de semaine !

      Supprimer
  2. Tu exagères, là. Rien à l'horizon à la bibli, et dans un mois un voyage en avion pour moi (si la SNCF le permet, parce que ça... c'est pour moi le premier obstacle!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah ? Me voilà bien curieuse quant à la destination ! J'imagine que tu vas chercher le soleil si c'est dans un mois (déjà l'automne ici, pfiou !).
      Bon, sinon, c'est une collection à suggérer à tes bib' là. Elle vaut vraiment le détour !

      Supprimer
    2. Je ne cherche pas forcément le soleil (Islande et groenland en aout, l'année dernière, j'ai eu le soleil, mais en bonus quand même). Ce sera le sud de l'Afrique, je n'ai pas trop de détails sur la météo. (haha)
      Le gentil bibliothécaire est parti je crois, donc côté BD j'aurai plus de mal, mais on va essayer.
      En avion je prends en général du jus de tomates (plus un poil de sel, c'est bon)(hum, champagne, si c'est offert, on en va pas non plus se laisser aller)

      Supprimer
    3. C'est justement parce que tu avais déjà fait le grand froid l'année dernière que je m'étais dit que cette année, tu ne serais pas contre une destination soleil.:-) Aaaah! Le sud de l'Afrique, sympa ça ! Original en tout cas ! Bon, tu devrais entrer dans la belle saison quand même si c'est comme Mada.
      J'essaierai le jus de tomates la prochaine fois.:-)

      Supprimer
  3. Une collection originale en effet. J'en suis resté à la pornographie (forcément) mais celui sur les caissières de supermarché me tente énormément.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, celui-là aussi est un de ceux qui me tentent le plus, mais bon, en attendant de mettre la main dessus, je ne regrette pas le détour par les autres titres en fonction de mes trouvailles à la bib'.

      Supprimer
  4. Voilà une collection que je ne connaissais pas. Merci pour cet avis. Je suis très attirée par La fabrique pornographique... Je vais voir si on le trouve à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien décidément, ce titre a du succès, haha !! En tout cas, je serais très curieuse de te lire à ce sujet.;-)

      Supprimer
  5. Ah ! je note bien sûr, même si, en ex pro du tourisme et ayant été sacrément pote avec l'escale d'Air France de pointe à pitre, j'en connais un rayon sur l'aérien ! Mais ca me semble bien drôle !
    Et oui, les métiers qui font rêver ne sont pas que du rêve. Quand j'étais agent de voyages, le gens me disaient "ah, c'est cool". Ce qui était cool à l'époque oui, ce sont les avantages en nature. mais le quotidien, ce sont les grèves Air France ou SNCF à gérer, les Tsunami, les cyclones, les attentats, les tremblements de terre, les printemps arabes, les nuages islandais etc à gérer, enfin du moins, leur répercussion sur nos clients. Bon après, mon grave, il faut aussi gérer la piscine qui est vide à l'hôtel, le Maroc où il y a trop de marocains, les rues commerçantes pour boire un verre aux Maldives etc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est drôle mais quand je lisais cette BD, je pensais à toi et je me disais qu'il faudrait que tu la lises ! Bon, certes, tu auras clairement moins de révélations que moi mais tu riras au moins autant que moi.^^
      Oui, tout métier a ses revers, il y en a aussi dans le monde du livre, même si ça fait rêver les grands lecteurs que nous sommes. Mais je suis quand même ravie de travailler dans ce milieu, c'est tout de même particulièrement motivant et plaisant. Le monde du tourisme m'avait effleurée aussi à une époque, avec la pratique des langues, les voyageurs, les avantages en nature aussi, comme tu dis. Bon, il y a un peu de stress et de moments chauds, comme partout, mais ça fait de bons souvenirs et de sacrés anecdotes avec le recul, non ?^^

      Supprimer

Bon, je modère ou je vous laisse prouver de la façon la plus tordue que vous n'êtes pas un robot ? Je modère, hein ?^^

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...